Vous êtes ici : Accueil > Découvrir > Blog > Escapade poétique en forêt de Brocéliande

Blog

Escapade poétique en forêt de Brocéliande2

Dans son dernier recueil de poèmes intitulé « De l’esprit à la plume », Monique Moreau rend hommage à la forêt de Paimpont / Brocéliande. Son poème « Escapade en forêt de Paimpont » raconte sa rencontre avec la forêt mythique.

La forêt de Brocéliande, forêt magique
La forêt de Brocéliande, forêt magique
publié le

Renseignements :

Extrait du livre « De l’esprit à la plume » de Monique Moreau paru aux Éditions du Panthéon en mars 2012, avec l’aimable autorisation de l’auteure.

Passionnée depuis toujours par l’écriture, la beauté et la richesse des mots, attachée au charme et à l’élégance de la langue française, Monique Moreau nous propose de découvrir ses créations.

Escapade en forêt de Paimpont

Quelque part en Bretagne...

Il était une fois,
Une merveilleuse légende,
Il était une fois,
Une forêt enchantée, Brocéliande,

Royaume de l’imaginaire,
Des conteurs et croyances populaires,
Me voici, quelle aventure,
Sur les traces du Roi Arthur,

Théâtre des fées et des magiciens,
Cet endroit unique a également abrité,
Les amours de Viviane et de Merlin,
Lié par un sortilège pour l’éternité,

Pour commencer ce beau voyage je suis arrivée,
Sur le site mythique de la Fontaine de Barenton,
Où pour la première fois se sont rencontrés,
L’Enchanteur et sa belle avant de s’aimer à l’unisson,

Fou d’amour, à Concoret il édifia pour elle,
Toute en cristal, une citadelle,
Mais la Dame du Lac par sa passion dévorée,
Ne put bientôt du temporel se contenter,

Forte du savoir que lui inculquât le magicien,
À la Fontaine de Jouvence elle envoûte Merlin,
De 9 cercles magiques il fut ainsi emprisonné,
Si épris qu’à jamais il se laissât enfermer,

On ne peut que compatir à la triste fin,
De ce personnage hors du commun,
Condamné à rester pour toujours,
Au bien nommé Val Sans Retour,

En poursuivant ma route, j’ai découvert,
Un lieu tout à fait extraordinaire,
L’Arbre d’or où le Miroir aux fées dans lequel,
Se reflètent les caprices du ciel,

La brume et le soleil,
À travers le feuillage,
M’offraient une vision exceptionnelle,
De cet étrange paysage,

Maintenant penchée au-dessus de l’Étang des Forges,
Je crus voir en son reflet un visage,
Ma tête d’idées foisonne et regorge,
Mais dit-on Morgane n’est jamais loin du rivage,

Puis dans les sous-bois j’entendis,
Comme de légers craquements,
Suivis de rires et de petits cris,
Serait-ce le bruissement du vent ?

Ou bien les pas d’un petit lutin,
Ceux de la fée Morgane,
Peut-être le sieur Merlin,
Ou encore sa muse Viviane ?

Il régnait ici une ambiance particulière,
Une bien curieuse atmosphère,
Où ma galopante imagination,
M’emportait dans un tourbillon,

J’avais soudain la fièvre,
Pensez que j’aurais pu rencontrer,
Le Chevalier Lancelot ou la Reine Guenièvre,
Mais je délire totalement envoûtée,

Je me faisais encore quelques frayeurs,
À l’idée de croiser la silhouette de l’Enchanteur,
Ce n’est certes pas arrivé,
Mais j’avoue que le charme a opéré,

Ce parcours insolite fut captivant,
Et même si cette histoire est une légende,
Elle m’a permis de rêver, tout simplement,
Au cœur de la Forêt de Brocéliande !

Voir en ligne : Commander « De l’esprit à la plume » de Monique Moreau sur Fnac.com

Vos commentaires

  • monia
    Le 27 janvier 2016 @ 16:06

    Bonjour et mille merci pour votre charmant et chaleureux message, un bien agréable compliment quant à ma poésie auquel je suis très sensible. La forêt de Brocéliande est magique et les légendes y afférent aussi d’où ce texte en hommage à cet univers passionnant. Vous pourrez également découvrir sur YouTube la vidéo que j ai réalisée sur la forêt de Broceliande, son ambiance, ses mystères et sa magie. Très belle journée à vous. Poétiquement vôtre. Monique Moreau

    Répondre à ce message

  • SERSOCRATE
    Le 26 janvier 2016 @ 22:08

    Belle dame de cœur et d’esprit,
    Quel joli poème que le vôtre...

    Dans ce monde, aujourd’hui si sombre et si triste, vous m’offrez un délicieux moment de rêve et de bonheur,

    Acceptez un grand merci de ce vieux chevalier,

    Armoricain, bercé par le vent et les tempêtes, et fier de l’être, foi de rêveur !

    Recevez mes hommages pour votre âme de princesse des temps anciens.

    Sersocrate.

    PS : ’Carpe Diem’.

    Répondre à ce message

écrire un commentaire

Poster un commentaire

Vous devez vous inscrire sur ce site avant de poster un commentaire.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom